Manitoba

faire descendre

Du haut des collines ondoyantes, près de Killarney, se déroule le panorama classique de la Région des fondrières des Prairies du Manitoba. De larges pans de terres agricoles s’étendent à l’infini. Çà et là, les milieux humides peu profonds, qui scintillent au soleil, invitent la sauvagine à y nicher, puis à y élever sa progéniture.

Le Manitoba, grâce à l’abondance de la terre et de l’eau, est une halte migratoire de prédilection pour de nombreuses espèces sauvagines, dont les cygnes, les oies et les canards. C’est ici qu’a commencé notre travail, à l’époque où la notion de conservation en était à ses premiers balbutiements. C’est ici que nous avons mené notre premier chantier, en restaurant un vaste milieu humide dans le marais Big Grass. Ces 4 046 hectares de milieux humides et de terres hautes restaurés près de Gladstone ont gardé une importance vitale pour la sauvagine et la faune.

Riches en eau, les milieux humides du Manitoba font partie des milieux les plus écologiquement importants dans le monde. L’eau abondante est un bienfait. C’est aussi une responsabilité. Les 100 000 lacs, rivières et cours d’eau et plus du Manitoba sont pour la plupart en péril. Il y a en effet plus d’inondations, d’éclosions d’algues et d’espèces envahissantes.

Les milieux humides du Manitoba apportent à ces problèmes une solution naturelle. Or, chaque jour, six hectares de milieux humides disparaissent rien que dans le sud-ouest du Manitoba. Nous perdons constamment plus de milieux humides que nous en restaurons. En aval, les habitants et les collectivités en pâtissent. La faune est ainsi privée de son précieux habitat.

Au lieu de baisser les bras, nous nous retroussons les manches. Notre évolution s’est toujours déroulée sous le signe de la persévérance, de l’ardeur et d’une indéfectible volonté de protéger les milieux humides. Voilà pourquoi nous avons restauré, en 1938, le marais Big Grass. C’est aussi la raison pour laquelle nous continuons de le faire aujourd’hui, sans crainte de salir nos bottes pour accomplir des exploits.

Pourquoi les milieux humides du manitoba sont menacés

Au Manitoba, la Région des fondrières des Prairies est depuis longtemps victime de la destruction des milieux humides. Au nord, l’activité industrielle à venir menace la forêt boréale de cette province. Il est temps d’amorcer les efforts de conservation des milieux humides qui protégeront cette très précieuse richesse.

Algues dans le marais Delta, au Manitoba. © CIC

Le drainage

Les milieux humides drainés dans les régions du Sud manitobain pourraient atteindre 90 % de leur superficie. Ce drainage vise à accroître la superficie exploitable pour l’agriculture et l’urbanisation, ce qui a surtout porté un coup dur au bassin versant du lac Winnipeg, victime des conséquences de la piètre qualité de l’eau et des inondations périodiques. La réglementation provinciale actuelle n’assure pas une protection suffisante pour contrer la disparition des milieux humides.

L’activité industrielle

Le Manitoba est riche en ressources naturelles. L’aménagement du territoire selon des pratiques durables est le seul moyen d’en conserver les milieux humides à long terme.

Les espèces envahissantes

Assailli par la carpe envahissante, l’emblématique marais Delta est l’un des milieux humides les plus menacés de toute l’Amérique du Nord. Sur son passage, la carpe soulève les sédiments et déracine la végétation aquatique, en détruisant le marais et son habitat pour les autres espèces de poissons et pour la sauvagine. Notre initiative Restaurer la tradition, qui a permis d’amorcer les travaux essentiels visant à déloger la carpe, doit se poursuivre pour rétablir la santé de ce marais.

Comment nous conservons les milieux humides du Manitoba

La conservation des milieux humides est essentielle pour conserver le riche patrimoine naturel du Manitoba. Cette activité permet aussi de protéger notre mode de vie. C’est pourquoi nous tâchons de nous assurer que les milieux humides font toujours partie intégrante de notre territoire et de notre richesse en eau.

Les politiques

Nous avons tous notre mot à dire sur les politiques d’aménagement du territoire manitobain. Dans le sud, 95 % des terres agricoles appartiennent à des intérêts privés. Au nord, les milieux humides de la forêt boréale appartiennent à l’État. Grâce à des partenariats et à la collaboration, nous aidons à établir des politiques efficaces pour protéger et restaurer les milieux humides. Notre travail consiste à promouvoir la prospérité économique, environnementale et culturelle.

La recherche

L’Institut de recherche sur les terres humides et la sauvagine (IRTHS) est notre phalange dans le domaine de la recherche. Ses éminents scientifiques étudient les milieux humides, la sauvagine et les répercussions de l’activité humaine sur le territoire manitobain. Leurs découvertes permettent d’éclairer les politiques officielles. Elles orientent nos programmes de conservation pour les propriétaires fonciers, en veillant à ce que les pratiques de protection et de restauration des milieux humides soient efficaces et rentables. Elles apportent des réponses aux problèmes environnementaux les plus impératifs de la province.

L’éducation

Nos programmes d’interprétation primés permettent de découvrir les merveilles des milieux humides. Nos programmes de sensibilisation et nos Centres d’excellence des milieux humides, animés par élèves et étudiants, aident à former les chefs de file de la conservation de demain.

Les programmes de conservation

Depuis 1938, nous travaillons en collaboration avec des agriculteurs, éleveurs, partenaires et gouvernements pour nous assurer que les propriétaires fonciers sont récompensés pour leurs efforts d’intendance environnementale. Nos programmes et nos experts leur permettent de protéger et de restaurer les milieux humides, de semer des récoltes dont la sauvagine peut se nourrir et d’intégrer d’autres pratiques durables dans leurs opérations.

Nouveaux articles à venir

Revenez pour en apprendre davantage sur notre travail