Sauvagine

faire descendre

En avril dans les prairies, des chapelets de perles sombres se dessinent à l’horizon. Ce sont les bernaches qui se relaient dans un ballet incessant. Ces chapelets s’égrènent un à un vers le nord, dans un concert de klaxons qui résonne sur tout le territoire canadien, saluant le retour du printemps.

Ailleurs, les eiders se préparent à déménager. En hiver, ces grands canards de mer essaiment sur les littoraux est et ouest. Au printemps, certains migrent en Arctique pour se reproduire.

De nombreuses autres espèces de sauvagine prennent part à la migration printanière. Bernaches, cygnes et canards suivent le compas de leurs instincts pour regagner leurs aires de reproduction nordiques. Si tout va bien, ils y élèveront leur progéniture, se nourriront et se prépareront à reprendre leur parcours migratoire à l’automne.

Tous les printemps, la sauvagine compte sur les ressources dont elle a besoin à son arrivée. Mais rien n’est jamais certain. De nombreuses espèces sont tributaires de deux des habitats les plus menacés au Canada pendant les saisons de reproduction : les milieux humides et les prairies.

Si leurs habitats continuent de régresser, ces oiseaux sont eux aussi voués à disparaître.

Pourquoi la sauvagine est-elle importante?

La nature est un monde complexe, qui fonctionne très bien lorsqu’il est constitué d’un réseau diversifié de poissons et de faune. La sauvagine y contribue, à la fois comme habitant, prédateur et proie.

La faune compte parmi les éléments essentiels de l’expérience canadienne. Pour les uns, la sauvagine donne un spectacle digne des plus belles photos. Pour d’autres, la chasse à la sauvagine est une tradition automnale bien enracinée dans certaines familles canadiennes. Grâce à la faune, nos enfants apprennent à découvrir la nature et savent que nous faisons tous partie d’un réseau.

La sauvagine qui niche au Canada est, elle aussi, importante pour ceux qui vivent au-delà de nos frontières. Quand elle migre en automne chaque année, elle s’éparpille partout en Amérique du Nord. De nombreux oiseaux qui peuplent les États-Unis et le Mexique proviennent du Canada.

Pourquoi la sauvagine a-elle besoin de notre aide?

Il y a plus de 80 ans, peu se préoccupaient du déclin des populations de sauvagine. Mais des chasseurs l’ont remarqué et ont compris le lien entre la perte d’habitats et la disparition de la faune. Les sportifs des années 1930 savaient que pour sauvegarder la sauvagine, il leur fallait restaurer et protéger les milieux humides. Ils ont mis sur pied Canards Illimités Canada pour répondre à cet impératif, qui dicte nos travaux encore aujourd’hui.

Canard noir prenant ses aises dans un milieu humide pollué de l’Ontario. © CIC

La perte d’habitats

Pour assurer sa subsistance, la sauvagine compte sur l’habitat des prairies, des régions côtières et de la forêt boréale du Canada. Les milieux humides et les prairies lui offrent couverts, gîtes et lieux sûrs pour se reproduire et élever sa progéniture. Or, ces habitats sont menacés sur notre territoire :

  • le Canada a perdu 75 % de ses prairies d’origine;
  • il a même perdu jusqu’à 70 % de ses milieux humides d’origine dans les zones habitées

Au Canada, les milieux humides et les prairies sont détruits pour céder la place à l’expansion du secteur agricole, des villes et des sites d’extraction des ressources :

  • les prairies naturelles sont remplacées par les récoltes annuelles et l’industrialisation;
  • les milieux humides, drainés, ne peuvent plus emmagasiner l’eau

Certaines provinces ont modifié leurs règlements pour protéger l’habitat et encourager la restauration. D’autres interviennent à peine pour corriger le problème.

Les facteurs environnementaux

Les milieux humides sont aussi endommagés par les espèces envahissantes, qui peuvent changer la chaîne alimentaire et détruire des écosystèmes entiers. L’érosion et la pollution dégradent aussi l’eau et les rivages. La disparition de la végétation des milieux humides aggrave ces problèmes, puisque les végétaux sont des obstacles et des filtres protecteurs.

Notre intervention pour préserver la sauvagine

Sauvegarder l’habitat

Les Canadiens doivent préserver l’habitat existant. Nous militons ardemment pour la cause conservationniste. Nous collaborons avec les propriétaires fonciers pour sauvegarder les milieux humides et les prairies sur leurs terres. Nous collaborons avec les entreprises pour adopter des pratiques d’aménagement durable. Nous travaillons tous les jours avec les Canadiens qui savent que la conservation est une nécessité absolue. À ce jour, nous avons conservé plus de 2,6 millions d’hectares d’habitats et exercé une influence positive sur 51,4 millions d’hectares.

Restaurer l’habitat

Une fois détruits, les milieux humides et les prairies herbeuses sont parfois difficiles à restaurer. Nos ingénieurs et biologistes excellent dans l’art de les réaménager. Ils construisent aussi des ouvrages exceptionnels pour améliorer les habitats dégradés par le développement et les espèces envahissantes. Grâce à notre intervention, les havres fauniques traditionnels comme le marais Delta au Manitoba, presque tout détruit par les carpes envahissantes, ont aujourd’hui de beaux jours devant eux.

Nouer des partenariats

Canards Illimités Canada travaille depuis longtemps, en partenariat, à des projets de conservation d’envergure. Nous avons aidé à élaborer le Plan nord-américain de gestion de la sauvagine, qui a permis de sécuriser plus de 8,1 millions d’hectares et de restaurer plus de 1,4 million d’hectares de milieux humides et de prairies au Canada. Nous avons collaboré avec le gouvernement fédéral pour adhérer à la Convention de Ramsar, pacte international visant à protéger les milieux humides essentiels. Nous travaillons avec des administrations régionales, nationales et internationales pour conserver les milieux humides et les prairies, grâce à la réglementation et à des programmes d’incitation.

Mener des travaux de recherche

La biologie et l’écologie sont le cœur et l’âme de la conservation. Nous ne pouvons pas aider la faune si nous ne connaissons pas ses besoins. Sans cette information, nous ne pouvons pas non plus faire d’investissements judicieux au nom de la faune. Canards Illimités Canada réunit cette information grâce à sa phalange scientifique – l’Institut de recherche sur les terres humides et la sauvagine –, qui fait la lumière sur les conséquences réelles de la perte d’habitats. Cet institut définit les pratiques exemplaires de la durabilité. Il nous renseigne sur ce dont la sauvagine a besoin pour prospérer. Parce qu’il s’agit d’un organisme à vocation scientifique, nous avons bon espoir qu’il saura mener les bons programmes de conservation là où il le faut, au bon moment et pour les bonnes raisons.

Éduquer et sensibiliser

Les Canadiens doivent être sensibles à la cause de la conservation pour qu’elle porte ses fruits. Présente dans les salles de cours et les centres d’interprétation d’un océan à l’autre, notre équipe responsable de l’éducation pilote aussi des activités dans nos Centres d’excellence des milieux humides, grâce auxquels les élèves peuvent communier avec la nature. Elle enseigne à la prochaine génération de Canadiens à découvrir la nature grâce à la vie en plein air. Elle la sensibilise aussi à l’importance des milieux humides et de la sauvagine.

Nouveaux articles à venir

Revenez pour en apprendre davantage sur notre travail