Marais, bogs et Tour du CN — Ducks Unlimited Canada
Skip to main content
Récit
/
Eau, Grands Lacs — Saint-Laurent

Marais, bogs et Tour du CN

Pour continuer d’avoir accès à de l’eau propre et saine

avril 19, 2021
Marais, bogs et Tour du CN
© DUC

À Toronto, la Tour du CN déroule sous nos yeux un centre ville trépidant, une partie du vaste littoral du lac Ontario et les quartiers innombrables et variés où plus de 2,6 millions d’habitants élisent domicile.

Les Torontois, si privilégiés soient-ils, ont tous besoin d’eau propre et saine. Et même si la plupart d’entre nous — dans les villes et les zones rurales — ne le savent peut être pas, nous avons besoin des milieux humides pour continuer de compter sur de l’eau propre et saine. Les milieux humides sont les charnières entre la terre et l’eau. Les marais, les bogs et les fens sont les types de milieux humides les plus répandus.

Rien qu’à Toronto, il y a six zones de milieux humides reconnues, dont certaines parties de Don Valley Est, Rouge River et les îles de Toronto. De pair avec les autres milieux humides partout en Ontario, ils exercent d’innombrables fonctions, dont dépend directement notre qualité de vie. De même, dans les régions fortement urbanisées du Canada, la disparition des milieux humides fait régresser la qualité de l’eau et la biodiversité.

C’est grâce au processus de filtrage naturel des milieux humides que l’eau est débarrassée des produits chimiques, des nutriments et d’autres polluants nuisibles, dont l’azote, les sédiments et le phosphore. Avant que l’eau poursuive son chemin pour se déverser dans nos lacs et cours d’eau, les milieux humides se mettent à l’œuvre pour la dépolluer pour des villes comme Toronto.

Lorsqu’on leur donne la priorité, qu’on les protège et qu’on en prend soin, les milieux humides de l’Ontario — et leurs écosystèmes — ne se contentent pas d’améliorer la qualité de l’eau. Ils endiguent les inondations et l’érosion, nous permettent de compter pendant longtemps sur une source d’eau souterraine, hébergent la faune et la flore, atténuent les effets du changement climatique (en filtrant le carbone, ce qu’ils font à merveille) et nous offrent des destinations de loisirs et d’éducation. Voilà pourquoi nous demandons aux Canadiens de nous aider dans le cadre de Sauvons nos milieux humides, la plus vaste campagne de conservation de toute l’histoire nord américaine.

En fait, pour la plupart d’entre nous, l’importance des milieux humides — notamment pour la qualité de la vie dans des villes comme Toronto — ne fait sans doute pas partie de nos premières préoccupations. Or, il est utile de savoir que le sud de l’Ontario a perdu au moins 72 pour cent de ses milieux humides depuis l’époque de la colonisation européenne. Aujourd’hui, il est crucial de préserver les milieux humides à Toronto et dans les environs (et même d’un océan à l’autre) pour veiller à ce que notre eau reste propre et saine. Dans les grandes villes comme dans les villages, les cantons ou les fermes, des milieux humides sains et florissants font rejaillir des bienfaits sur nous et tous les nôtres.