Refuge faunique Marguerite-d’Youville — Ducks Unlimited Canada
Skip to main content
Récit
/
Grands Lacs — Saint-Laurent, Milieux humides

Refuge faunique Marguerite-D'Youville

Un exemple de l’amélioration de la biodiversité

janvier 29, 2020
Refuge faunique Marguerite-d’Youville
Refuge faunique Marguerite-d’Youville © CIC

Si le site Marguerite d’Youville s’est vu attribuer le titre de «refuge faunique» en 1993, l’île Saint-Bernard a vu croitre sa biodiversité de manière fulgurante avec les aménagements fauniques réalisés par Canards Illimités Canada — Québec.

Ces jours-ci, des travaux de remise à niveau des structures de contrôle du niveau d’eau et d’étanchéisation des digues sont en chantier pour conserver et améliorer l’état de la biodiversité du territoire de 223 hectares.

Les premiers engagements de CIC Québec remontent à la fin des années 1980. Les aménagements ont commencé à la fin de 1999. Les crues printanières des eaux du fleuve Saint-Laurent et du lac Saint-Louis inondaient les habitats de cette île entourée par deux bras de la rivière Châteauguay près de la municipalité du même nom.

Lors du retrait des eaux, les milieux humides s’asséchaient en réduisant significativement les aires de reproduction des oiseaux aquatiques, de la sauvagine, des poissons, des amphibiens et des reptiles.

Pour permettre à la faune et à la flore de bien croitre, CIC Québec est intervenu en 1999 sur le territoire par l’aménagement faunique de trois segments. Des digues, des ouvrages de contrôle du niveau d’eau et des fossés piscicoles ont été aménagés sur l’île pour restaurer marais, marécages et prairies humides totalisant plus de 115 hectares.

Les fossés piscicoles permettent aux poissons d’utiliser l’ensemble du marais pour se reproduire dans les meilleures conditions grâce à la gestion optimum des ouvrages de contrôle du niveau d’eau (structure, digues et station de pompage) favorisant grandement leur productivité, explique Claudie Lessard, chargée de projet.

«À l’automne, les poissons retournent au fleuve par la structure de contrôle du niveau d’eau. Cette intervention a permis de créer l’une des plus importantes frayères à poissons du lac Saint-Louis», expose-t-elle.

Le secteur a été aménagé de manière à offrir des fonctions optimales autant pour les oiseaux aquatiques, la sauvagine, les reptiles et les amphibiens, note Mme Lessard en s’appuyant sur les observations et les relevés réguliers de l’organisme Héritage Saint-Bernard présent le territoire. On y a observé quelque 230 espèces d’oiseaux.

Par ailleurs, Héritage Saint-Bernard offre de nombreuses activités entre autres l’observation de la nature grâce à des sentiers d’interprétation et un rallye numérique du refuge
Par ailleurs, Héritage Saint-Bernard offre de nombreuses activités entre autres l’observation de la nature grâce à des sentiers d’interprétation et un rallye numérique du refuge © CIC

Par ailleurs, Héritage Saint-Bernard offre de nombreuses activités entre autres l’observation de la nature grâce à des sentiers d’interprétation et un rallye numérique du refuge parmi toutes les propositions pour la découverte de ce milieu naturel protégé et la compréhension de l’importance des milieux humides sur la biodiversité.

Les travaux en cours en partenariat financier avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec sont estimés à 800 000 $. Ils consistent à remettre en état les ouvrages montrant des signes de détérioration. Les interventions se résument à l’installation de membranes d’étanchéité dans les digues, la remise à niveaux des ouvrages de contrôles des niveaux d’eau et l’amélioration d’une station de pompage. Tous ces travaux permettent de protéger les milieux humides tout en assurant les meilleurs lieux possibles pour la préservation de la biodiversité.