2017 : l’année de l’éternelle reconnaissance - Canards Illimités
Skip to main content
Récit
/
Rescue Our Wetlands

2017 : l’année de l’éternelle reconnaissance

Une autre année exceptionnelle grâce à ceux qui se passionnent pour la conservation .

mai 13, 2021
2017 : l’année de l’éternelle reconnaissance
Les Heibert et les Milner. ©CIC

Les exploits des conservationnistes de CIC nous rappellent que nous leur devons beaucoup. Voici un tour d’horizon de nos réalisations préférées sur les efforts que des passionnés comme vous ont déployés, d’un océan à l’autre, pour la conservation en 2017.

Havres de paix sur la Terre : les images de la forêt boréale canadienne illustrent le pouvoir de la conservation

conservation in the boreal forest
©Kevin Smith

Peuplée de forêts d’épinettes noires, de bogs d’un vert émeraude et d’innombrables lacs et cours d’eau, la forêt boréale du Canada déploie tout ce qui subsiste de la nature à l’état pur. Du haut de son hélicoptère, Kevin Smith, de CIC, a un panorama privilégié; il a capté des scènes exceptionnelles de ce paysage prodigieux pour que nous puissions tous mieux apprécier ce territoire lointain inestimable.

De vrais amis : les Gardiens des marais font un travail enrichissant dans les milieux humides

Les Heibert et les Milner. ©CIC

Rien qu’en Alberta, CIC assure la gestion de plus de 40 468 hectares de milieux humides et d’autres habitats naturels. Or, avec seulement sept employés sur le terrain, il est difficile de visiter régulièrement chaque site. Heureusement, nous pouvons compter sur de vrais amis pour nous prêter main-forte. En Alberta, des familles comme les Heibert et les Milner, bénévoles dans le cadre du programme Gardiens des marais de CIC, sillonnent nos milieux humides, consignent par écrit ce qu’ils observent et transmettent leurs observations à CIC. Si la conservation remporte un tel succès dans toute cette province, c’est grâce à ce genre de collaboration.

La générosité de la nature : l’art d’apprendre, de cultiver et d’en récolter les fruits

Jean-Marc Picyk
En 2008, Jean-Marc Picyk a renoncé à sa fébrile carrière de chef cuisinier et de chef d’entreprise en France. Aujourd’hui, lui et les siens habitent une petite ferme d’agrément du Manitoba, où ils cultivent et chassent à peu près tout ce qu’ils consomment. ©CIC

Le chef français Jean-Marc Picyk a troqué sa prestigieuse carrière de restaurateur en France contre une vie plus paisible dans la campagne manitobaine. Pour nous recevoir sur sa ferme d’agrément, il nous a préparé un plat d’exception : une bernache du Canada, chassée par son fils. Il nous a une fois de plus rappelé qu’il vaut mieux partager et savourer ensemble la générosité de la nature.

La qualité de l’environnement : en adoptant une loi sur les milieux humides, le Québec donne l’exemple

conservation of quebec wetlands
©Orchidpoet/iStockPhoto.com

Le Québec a écrit une page d’histoire l’été dernier. Il a adopté une nouvelle loi visant à protéger officiellement tous les milieux humides et cours d’eau de cette province. Il s’agit d’une première au Canada et d’une mesure audacieuse et porteuse d’espoir pour tous les Canadiens et pour l’avenir de notre environnement, en espérant que d’autres provinces lui emboîteront le pas…

Un don planifié enrichissant : le parcours de Diana Barr

Diana Barr évoque les menaces que font planer le changement climatique, les inondations, les incendies de forêt et l’urbanisation pour expliquer son malaise grandissant vis-à-vis de la disparition des milieux naturels qui lui sont chers. ©Ross Davidson

Après avoir vécu dans des collectivités partout au Canada, notamment dans le Nord, Diana Barr habite aujourd’hui London en Ontario, à quelques pas de la tourbière Sifton, zone importante sur le plan environnemental. Elle enfile chaque jour ses fidèles bottes de caoutchouc, espadrilles ou bottes Sorel (selon la météo et la saison) et promène son chien Gus sur les sentiers de la tourbière. C’est un privilège qu’elle veut préserver pour les générations à venir. Un don planifié à CIC a été pour elle le moyen idéal de réaliser son ambition.

Un coin de pays éblouissant de beauté : bienvenue dans l’estuaire Cowichan-Koksilah

L’estuaire des rivières Cowichan et Koksilah
L’estuaire des rivières Cowichan et Koksilah. ©CIC

Des lieux comme l’estuaire des rivières Cowichan et Koksilah, en Colombie‑Britannique, sont d’une beauté époustouflante. Visionnez cette vidéo pour découvrir cette merveille de la nature et les estuaires les plus vastes et les plus beaux de cette province. Les travaux de CIC dans cet estuaire permettent d’accueillir dans l’année plus de 230 espèces d’oiseaux.

En 2018, dans le cadre de son 80e anniversaire, CIC entend mener d’autres activités exceptionnelles pour la conservation. Ferons-nous mieux qu’en 2017? En comptant sur la passion et l’ambition de nos supporteurs, nous sommes prêts à relever à nouveau les défis de la conservation des milieux humides et à en récolter les bienfaits.