Les travaux réalisés par CIC se déroulent en grande partie sur le terrain. Or, nous ne pouvons pas couvrir une assez grande partie du territoire en effectuant des aménagements de façon ponctuelle. L’eau, la faune et les collectivités dépendent de vastes superficies qui évoluent de façon constante. Nous ne pouvons pas accomplir notre mission en agissant constamment à petite échelle alors que d’autres facteurs continuent de dégrader de vastes superficies d’habitat.

C’est pourquoi nos experts en politiques d’intérêt public travaillent avec tous les paliers de gouvernement — fédéral, provincial et municipal — pour promouvoir la conservation. La rigueur scientifique, un vaste réseau de supporteurs canadiens et de grandes réussites dans la conservation nous donnent la force et la crédibilité qui nous permettent de faire évoluer considérablement la situation.

Nous sommes conscients des efforts qu’il faut pour changer les politiques d’intérêt public. Nous avons joué un rôle prépondérant dans l’élaboration du Plan national de conservation (PNC), annoncé récemment par le gouvernement du Canada. Nous avons joué un rôle décisif dans l’élaboration des lois provinciales sur les milieux humides dans les provinces de l’Atlantique, au Manitoba et en Alberta.

Nous savons qu’il faut des années et des ressources considérables pour accomplir ce travail important. Il faut travailler davantage au niveau fédéral, provincial et municipal pour s’assurer que les politiques d’intérêt public appuient et fassent progresser notre mission de conservation.

Nous travaillerons en collaboration avec le gouvernement du Canada en s’appuyant sur les réalisations du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine et pour nous acquitter des engagements décrits dans le PNC.

Nous continuerons de collaborer avec les gouvernements provinciaux pour adopter des politiques efficaces sur la protection des milieux humides qui tiennent compte des bienfaits socioéconomiques de ces milieux, et de veiller à ce que les politiques municipales d’aménagement du territoire protègent les milieux humides. Nous sommes partenaires de l’industrie dans les projets qui appuient les efforts de conservation.

Nous croyons que l’heure est venue pour le gouvernement provincial de prendre conscience de tous les bienfaits des milieux humides pour les Canadiens.

D’un océan à l’autre, les supporteurs de CIC savent que les milieux humides n’assurent pas simplement l’habitat de la sauvagine. Les milieux humides assainissent notre air et notre eau en les filtrant, empêchent les polluants nocifs de se déverser dans nos nappes phréatiques et préviennent les éclosions d’algues néfastes. Ils emprisonnent l’eau, ce qui permet de prévenir les sécheresses et de tempérer les inondations. Ils nous aident à enrayer le changement climatique, en emmagasinant massivement le carbone. Nous devons valoriser ces services écologiques, les considérer comme des atouts économiques et les protéger dans l’intérêt des générations futures — au lieu d’y voir autant d’obstacles qui se dressent contre la croissance économique et le progrès.

Pour le gouvernement fédéral, financer la restauration des milieux humides disparus ou dégradés sur les terres agricoles et les autres terres viables est l’un des moyens les plus efficaces de mettre en valeur les bienfaits économiques et écologiques de l’habitat des milieux humides. Ottawa doit apporter un meilleur soutien financier pour étendre la base des milieux humides et compenser les propriétaires fonciers pour les bienfaits économiques directs que ces milieux nouvellement restaurés font rejaillir sur la société.

D’un océan à l’autre, nous entendons constamment les propriétaires fonciers des zones rurales dire qu’ils veulent participer à la conservation; or, les politiques en vigueur constituent pour eux des obstacles économiques. Dans de nombreux cas — en raison de politiques lacunaires ou inefficaces et faute de soutien financier —, il devient plus facile de drainer les milieux humides que de les conserver. C’est pourquoi nous avons de toute urgence besoin de ce type de mesures d’incitation pour nous assurer que les milieux humides continuent de faire partie du territoire, dans l’intérêt de la biodiversité ainsi que de la santé et de la sécurité de nos collectivités.

L’un des exemples les plus palpables des bienfaits des milieux humides est leur capacité à absorber l’eau et à calmer les ardeurs de la météo. Selon une étude de l’Université de la Saskatchewan en 2014, le drainage des milieux humides dans le bassin versant du ruisseau Smith, dans cette province, a accru de plus de 30 % les débits d’eau des inondations de 2011 dans ce bassin versant.

Les inondations sont catastrophiques pour le Canada; elles nous coûtent des milliards de dollars en dégâts et en manque à produire. La solution traditionnelle consiste à demander au gouvernement d’investir exclusivement dans les infrastructures matérielles classiques. Or, les barrages et les chenaux de dérivation ont des bienfaits écologiques négligeables et reviennent très cher. À notre avis, en reconnaissant les milieux humides comme des « infrastructures vertes ou naturelles » et en investissant dans leur conservation, nous nous dotons d’un outil qui permet de réduire l’impact des inondations et aidons le gouvernement fédéral à réaliser des économies et à protéger la biodiversité à la fois. On peut ainsi adopter de judicieuses politiques d’intérêt public, utiliser parcimonieusement les fonds publics limités, atténuer les chocs météorologiques et enrichir la biodiversité, notamment grâce à de saines populations de sauvagine. C’est une solution qui ne fait que des gagnants.

Les gouvernements et CIC ont besoin de cartes et de données de surveillance à jour pour bien planifier leurs efforts et prendre des décisions mûrement réfléchies dans le cadre des programmes.

Nous invitons le gouvernement fédéral à donner la priorité à la cartographie et à la surveillance de l’ensemble des milieux humides. En améliorant ce cadre d’intervention, on permettrait aux collectivités de prendre des décisions judicieuses et stratégiques dans l’aménagement de leur territoire en aidant les promoteurs à recenser et protéger les milieux humides essentiels.

L’Inventaire canadien des milieux humides (ICMH) permet de recenser et de suivre les milieux humides du territoire, en apportant de précieuses données aux gouvernements, à l’industrie et au grand public. Grâce à cette information, il est possible de prévenir et de réduire les chocs de l’aménagement du territoire sur l’environnement. L’ICMH, une fois terminé, constituerait une base d’information solide sur les milieux humides d’un océan à l’autre.

Nous vous invitons à consulter l’ICMH pour votre localité. Pour savoir si un inventaire des milieux humides a été établi ou est en train de l’être dans votre région, veuillez consulter la carte interactive (maps.ducks.ca/cwi). Vous pouvez aussi explorer l’outil de la carte pour découvrir les différents types de milieux humides proches de chez vous.

PRENEZ POSITION POUR LES MILIEUX HUMIDES

Voici quelques suggestions pour mobiliser le député de votre localité.

  • Dites-lui qu’il a tout de suite l’occasion d’agir pour mieux préserver les milieux humides.
  • Rendez-vous à son bureau pour un entretien informel, soulevez la question à une assemblée locale ou adressez-lui une lettre.
  • Présentez-vous comme supporteur de CIC.
  • Expliquez-lui pourquoi vous nous appuyez et pourquoi les milieux humides sont importants à vos yeux
  • Faites-lui part de vos idées à propos des raisons pour lesquelles les milieux humides sont importants pour tous les Canadiens et pour leur gouvernement.
  • Donnez-lui de l’information à propos des répercussions de la disparition des milieux humides sur notre faune, notre alimentation en eau et d’autres ressources.

Si vous leur faites part de vos opinions et que vous leur montrez que vous vous passionnez pour les milieux humides et pour les ressources naturelles du Canada, tous les députés comprendront qu’ils doivent s’engager sérieusement à appuyer la protection et la restauration des milieux humides du Canada et à faire adopter des politiques officielles efficaces en la matière.


Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec :
James W. Brennan
Directeur des affaires gouvernementales
Canards Illimités Canada
Bureau : (613) 565-2525
Cellulaire : (613) 612-4469
Courriel : j_brennan@ducks.ca