Le nouvel atlas des canards de mer attire l’attention sur les espèces méconnues et sur les moyens de les protéger — Ducks Unlimited Canada Skip to main content

Le nouvel atlas des canards de mer attire l’attention sur les espèces méconnues et sur les moyens de les protéger

juin 15, 2022 Île-du-Prince-Édouard Nationale Nouveau-Brunswick Nouvelle-Écosse Terre-Neuve-Et-Labrador
Eiders communs
Eiders communs © Jongsun Lee

Les paysages canadiens parmi les 85 sites nord américains qui assurent l’habitat essentiel des canards de mer

Marais Oak Hammock (Manitoba) — Les 15 espèces de sauvagine appelées « canards de mer » représentent plus du tiers des espèces de canards qui se reproduisent en Amérique du Nord. Or, elles constituent le groupe le plus méconnu de la sauvagine. Combler ce vide de connaissances constitue ce qui motive un nouvel effort transfrontalier qui vise à mieux faire connaître les travaux consacrés à la conservation des canards de mer — et à faire la lumière sur les moyens de protéger l’habitat essentiel de ces oiseaux.

L’Atlas of Sea Duck Key Habitat Sites a été créé par une équipe de chercheurs en conservation des quatre coins de l’Amérique du Nord. En faisant appel à la recherche scientifique la plus judicieuse et à des critères rigoureux, cette équipe a cerné, à l’échelle continentale, les zones les plus importantes pour les oiseaux qui fréquentent le littoral, ainsi que les zones de la forêt boréale et de la toundra arctique. Cette information permet essentiellement de savoir pourquoi ces sites sont importants et de connaître les meilleurs moyens de les protéger pour les canards de mer et les autres représentants de la faune.

Cet atlas des canards de mer est une initiative du Plan conjoint des canards de mer, partenariat mis sur pied dans le cadre du Plan nord américain de gestion de la sauvagine. Nic McLellan, biologiste chercheur de Canards Illimités Canada (CIC), a joué un rôle prépondérant dans la création de cet atlas.

« Si on connaît les zones les plus importantes pour les canards de mer, nous pourrons intégrer ces connaissances dans la planification de la conservation, explique Nic McLellan. Il est aussi très utile de connaître ces zones pour permettre d’éviter les répercussions environnementales et d’évaluer les expertises environnementales. »

Les eiders, les macreuses, les grands harles, les garrots à œil d’or ainsi que les petits garrots, les hareldes kakawis et les harlequins plongeurs font partie des canards de mer qui fréquentent l’Amérique du Nord. Ils représentent une importante source de denrées de subsistance pour les collectivités du Nord et deviennent de plus en plus populaires parmi les chasseurs sportifs. Les canards de mer comptent aussi parmi les représentants les plus richement colorés de la sauvagine, qui en fait les préférés des photographes et des ornithologues.

L’atlas des canards de mer a permis de recenser 85 sites qui assurent l’habitat essentiel de ces oiseaux, dont la plupart sont au Canada. Selon Nic McLellan, « La majorité des canards de mer nord américains se reproduisent au Canada et nombreux sont ceux qui font escale ou hivernent sur nos côtes, notamment dans les Grands Lacs. Nous savons qu’il est essentiel de compter sur des habitats sains pour le succès des populations de canards de mer. Aujourd’hui, l’aménagement du littoral et les risques environnementaux comme les déversements d’hydrocarbures et les répercussions du changement climatique font peser de lourdes menaces sur ces habitats. »

Voici un aperçu des paysages essentiels dans lesquels CIC travaille activement pour assurer la subsistance des populations de canards de mer grâce à l’innovation scientifique et à la conservation sur le terrain :

• Région de l’Atlantique au Canada : CIC travaille dans l’ensemble de cette région pour promouvoir la conservation des eiders à duvet, en misant sur la recherche et les efforts de conservation menés à Terre‑Neuve depuis 30 ans. CIC est aujourd’hui partenaire d’une importante étude de télémétrie innovante, dans laquelle les femelles sont baguées dans l’ensemble du territoire de reproduction et dans laquelle on suit leurs déplacements. Les données apportées par cette étude feront la lumière sur le succès de la reproduction, sur les liens potentiels entre les sites clés recensés dans l’atlas des canards de mer, de même que sur les détails précis de l’utilisation qu’ils font de l’habitat.

Il existe de nombreuses zones importantes d’hivernage pour l’eider à duvet sur le littoral de Terre‑Neuve. Par exemple, plus de 37 000 eiders à duvet hivernent entre l’île Quirpon et les îles Grey.

• Grands Lacs : Les travaux de restauration de CIC dans les milieux humides du littoral assurent la subsistance des canards de mer qui doivent faire des escales migratoires pour se reposer et se nourrir, en plus d’améliorer la qualité de l’eau dans les bassins versants. CIC mène aussi, pour les espèces envahissantes, un programme destiné à éliminer et à surveiller la châtaigne d’eau, qui asphyxie la végétation indigène et qui fragilise la santé écologique des habitats des canards de mer.

L’atlas des canards de mer comprend l’est du lac Érié, qui est important pour les rassemblements du printemps et de l’automne et pour l’hivernage de différentes espèces de canards de mer. Cette région est particulièrement importante, en automne, pour le petit garrot, la harelde kakawi, le garrot à œil d’or, ainsi que pour le harle huppé et le grand harle.

• Québec : Certains sites essentiels répertoriés dans l’atlas des canards de mer assurent la subsistance d’une proportion importante d’espèces en péril. Par exemple, la Baie des Rochers, sur les berges du Saint Laurent — site qui n’a qu’une superficie de deux kilomètres carrés — permet à 10 % des garrots d’Islande d’hiverner dans la population de l’Est. CIC mène depuis longtemps des projets de conservation et de restauration sur les berges du Saint Laurent et a cartographié plus de 90 % des basses terres du Saint Laurent, avec le concours du ministère de l’Environnement du Québec et de nombreux autres partenaires, pour répertorier les lieux, les catégories et les types de milieux humides de la région.

• Colombie‑Britannique : L’estuaire du fleuve Fraser héberge une forte densité de canards de mer. Cet estuaire, qui est le plus vaste dans cette province, fait partie du site clé de la mer des Salish, répertorié dans l’atlas des canards de mer. CIC participe à des projets de conservation de plusieurs millions de dollars dans l’estuaire du fleuve Fraser afin de restaurer les habitats du littoral qui assurent la liaison entre ce fleuve et la mer. En ébréchant des digues, en modifiant les ouvrages de régulation des eaux, en luttant contre les espèces envahissantes et en menant d’autres travaux de conservation, CIC permet d’enrayer les nombreuses menaces qui pèsent sur la zone d’hivernage la plus importante du Canada pour la sauvagine.

« La sauvagine est souvent vantée comme un modèle de succès dans la conservation : les populations augmentent d’environ 150 % depuis les années 1970, affirme M. McLellan. Or, les canards de mer sont l’exception. Nous devons consacrer à ces espèces les mêmes efforts et la même attention dans la conservation afin de nous assurer qu’elles prospéreront elles aussi. La création de l’atlas des canards de mer est une première étape importante sur cette voie. »

L’Atlas of Sea Duck Key Habitat Sites in North America, que l’on peut télécharger (en anglais), sera un précieux outil pour d’autres coentreprises d’aménagement de l’habitat, pour les planificateurs des zones maritimes et de l’aménagement du territoire, pour les groupes autochtones, pour les promoteurs immobiliers, pour les experts conseils en environnement, pour les organismes chargés des ressources naturelles, pour les groupes de conservation de la faune et pour les autres intervenants.


À propos de Canards Illimités Canada : Canards Illimités Canada (CIC) est le chef de file de la conservation des milieux humides. À titre d’organisme de bienfaisance enregistré, CIC fait appel à la rigueur scientifique et à des partenariats avec le gouvernement, l’industrie, des organismes à but non lucratif, les peuples autochtones et des propriétaires fonciers pour conserver les milieux humides essentiels à la sauvagine, à la faune et à l’environnement. Pour en savoir plus sur les solutions et les services environnementaux innovants de CIC, veuillez consulter https://www.canards.ca/.

À propos du Plan conjoint des canards de mer : Le Plan conjoint des canards de mer (PCCM) est un partenariat international constitué dans le cadre du Plan nord américain de gestion de la sauvagine (les partenaires, dont Environnement et Changement climatique Canada – Direction générale des sciences et de la technologie ainsi que le Service canadien de la faune, l’United States Fish and Wildlife Service, CIC, DU Inc., le Pacific Flyway Council et l’Atlantic Flyway Council, et d’autres partenaires, se consacrent à produire et à diffuser les connaissances qui viendront éclairer les décisions de gestion et la conservation des canards de mer en Amérique du Nord. Pour en savoir plus, veuillez consulter le site seaduckjv.org

Pour information

Ashley Lewis
Canards Illimités Canada
media@ducks.ca