Quelle solution pour les lacs malades du Canada? — Ducks Unlimited Canada Skip to main content

Quelle solution pour les lacs malades du Canada?

La science s’appuie sur la nature qui fournit l’une des mesures préventives les plus puissantes aux problèmes chroniques qui touchent notre eau

Les milieux humides : protecteurs de la nature

Les lacs du Canada sont un pays des merveilles pour tous ceux qui aiment être à l’extérieur. Ils sont la toile de fond de certains de nos meilleurs souvenirs et de nos futures aventures.

Les lacs du Canada sont un pays des merveilles pour tous ceux qui aiment être à l’extérieur. Ils sont la toile de fond de certains de nos meilleurs souvenirs et de nos futures aventures.

Imaginez votre journée d’été parfaite. Vous imaginez-vous en train de lancer une ligne ou de faire un plongeon? Peut-être en train de naviguer, pagayer ou de remorquer des enfants qui rient autour d’un lac? Vous partagez un pique-nique sur la plage avec votre famille et vos amis?

Aussi inspirants soient-ils, les lacs du Canada sont également en difficulté. Certains sont déjà malades, et ils peuvent aussi nous rendre malades. Si nous ne faisons rien, le problème se propagera, peut-être jusqu’à votre lac préféré. Peut-être est-il déjà là.

C’est pourquoi « ne rien faire » n’est pas une option, surtout lorsque la science nous a déjà permis de déterminer la cause et que la solution se trouve en grande partie dans la nature elle-même. Nous devons désormais agir en conséquence.

Two people enjoying a Canadian lake

Qu’est-ce qui rend un lac malade?

Les scientifiques utilisent le terme « eutrophisation » lorsqu’un lac reçoit plus de nutriments qu’il ne peut en supporter.

Ces derniers sont le carburant des algues bleues, ou cyanobactéries, qui peuvent être toxiques et appauvrir l’oxygène dans l’eau. Et les changements climatiques aggravent la situation en créant des conditions favorables à la prolifération d’algues bleu-vert plus tôt et plus souvent dans la saison.

La source du problème se trouve souvent bien loin. L’eau de ruissellement des fossés, des ruisseaux et des rivières s’écoule en aval, transportant les nutriments, tels que le phosphore et l’azote, de tout un bassin versant. Un grand lac peut recevoir de l’eau et des éléments nutritifs de plusieurs provinces et états.

Dans le pire des cas, les algues bleues qui en résultent peuvent rendre tout un lac dangereux pour nous.

© DUC

Qu’est-ce que l’algue bleu-vert?

Malgré son nom commun, l’algue bleu-vert n’est pas un type d’algue. C’est une bactérie naturelle dont la présence, si elle est trop importante, peut s’avérer problématique.

À quoi ressemblent les algues bleu-vert?

Les proliférations de cyanobactéries décolorent l’eau et peuvent se déplacer autour d’un lac sous forme de nattes flottantes nocives. Mais elles n’ont pas toujours la même apparence. Les algues bleu-vert peuvent :

  • Avoir l’air moelleuses, vaseuses ou mousseuses
  • Être de couleur bleu-vert, vert, bleu ou même rouge
  • Avoir une odeur désagréable (poisson, eaux usées, essence).

Puisqu’il s’agit d’une bactérie, l’algue bleu-vert ne ressemble pas à une plante et n’a pas de racines.

Pourquoi les algues bleu-vert sont-elles dangereuses?

Tout comme elles rendent nos lacs malades, les toxines produites par les algues bleues ou les cyanobactéries peuvent nous rendre malades, nous aussi. Les personnes, les animaux de compagnie, le bétail et la faune qui y sont exposés peuvent présenter des symptômes soudains de type grippal et des problèmes neurologiques. Dans les cas extrêmes, cela peut même être mortel.

Le risque est accru pour la vie sous-marine. Les proliférations de cyanobactéries peuvent également épuiser l’oxygène et bloquer la lumière du soleil, créant des « zones mortes » où les poissons et autres espèces aquatiques luttent pour survivre.


Étude de cas : qualité de l’eau du lac Érié

Le lac Érié fait partie, comme on le sait, des lacs malades au Canada. Il est relativement peu profond et chaud et reçoit beaucoup de nutriments, des conditions idéales pour les algues bleu-vert.

L’état du lac Érié et de son bassin versant est une grave préoccupation. C’est l’un des trois lacs suivis annuellement par Environnement et Changement climatique Canada dans le cadre de la problématique des algues bleu-vert (les deux autres étant le lac Winnipeg et le lac des Bois). Mais ce lac malade nous donne aussi l’occasion d’étudier la cause et de trouver des solutions, pour la santé des lacs du Canada et d’ailleurs.

Une nouvelle recherche cible la cause de nos lacs malades

Si nous voulons profiter de lacs propres au lieu de lacs bleu-vert, nous devons cesser de les surcharger en nutriments. C’est très simple à comprendre. Mais ce n’est pas aussi simple de comprendre « comment ». À mesure que notre demande en matière de production alimentaire et de développement augmente, comment pouvons-nous provoquer ce changement?

La science a depuis longtemps démontré que les milieux humides permettent de filtrer et de traiter les nutriments. Des recherches récentes ont prouvé que la nature peut encore effectuer ce travail important, même dans les endroits où nous avons détruit la plupart de nos milieux humides.

En étudiant de petits milieux humides restaurés du côté nord du lac Érié, les scientifiques de Canards Illimités Canada (CIC) ont évalué leur capacité à réduire la quantité d’éléments nutritifs dans l’eau avant que ces derniers n’atteignent un lac. Leurs découvertes ont démontré que les milieux humides :

  • ont retenu 60 p. 100 de la forme de phosphore la plus problématique concernant les algues bleu-vert de l’eau (phosphore réactif soluble)
  • ont retenu 46 p. 100 du phosphore au total
  • ont retenu 47 p. 100 de l’azote au total
  • étaient efficaces pendant les quatre saisons.

La science est claire : les milieux humides sont de puissants alliés pour protéger la santé de nos lacs et nous permettre d’en profiter.

Les milieux humides : notre solution naturelle la plus puissante et la plus menacée

Si nous accordons de l’importance à la salubrité de notre eau, des recherches comme l’étude sur le lac Érié et notre étude du bassin versant du ruisseau Camrose constituent un dossier solide pour la conservation des milieux humides qui subsistent et la restauration des milieux humides que nous avons perdues.

En plus de nous fournir de l’eau salubre, les milieux humides nous aident de bien d’autres façons :

  • en atténuant la gravité des inondations et de la sécheresse en agissant comme des éponges géantes sur le paysage
  • en nous aidant à nous adapter aux changements climatiques en jouant le rôle de tampons en cas de conditions météorologiques extrêmes
  • en contribuant à limiter les répercussions des changements climatiques en captant et en stockant les gaz à effet de serre
  • en soutenant la biodiversité en fournissant un habitat vital à 551 espèces sauvages, dont 97 espèces en péril.
Satellite imagery of an algae bloom on Lake Erie highlights
Tout cela s’additionne. Les 6,6 millions d’acres de milieux humides et d’habitats associés dont nous nous occupons fournissent 5,31 milliards de dollars en avantages environnementaux chaque année, dont 1,01 milliard de dollars en matière de purification de l’eau.
© DUC

Tout cela s’additionne. Les 6,6 millions d’acres de milieux humides et d’habitats associés dont nous nous occupons fournissent 5,31 milliards de dollars en avantages environnementaux chaque année, dont 1,01 milliard de dollars en matière de purification de l’eau.

Malgré leur valeur, dans les régions habitées du Canada, nous avons déjà perdu jusqu’à 70 p. 100 de nos milieux humides connues. La situation est encore plus dramatique dans nos régions les plus peuplées, où jusqu’à 95 p. 100 de ces habitats sous-évalués ont disparu. C’est pourquoi la conservation et la restauration des milieux humides sont toutes deux nécessaires pour résoudre certains de nos plus grands problèmes environnementaux.


C’est facile d’agir concrètement

La santé future de nos lacs exige que nous comprenions tous l’importance cruciale des milieux humides.

En étant informé et en soutenant la conservation, vous pouvez faire bouger les choses. Voici deux façons simples d’agir concrètement aujourd’hui :

En agissant dès maintenant, vous prêtez main-forte à la communauté de la conservation qui propulse l’organisation de conservation et de restauration des milieux humides la plus performante au Canada.


Apprenez-en davantage sur les projets de recherche et de conservation destinés à préserver l’eau du Canada

Apprenez-en plus sur le travail que nous effectuons pour sauver ces habitats et protéger notre eau, un travail rendu possible grâce au soutien de personnes comme vous.

Préserver les milieux humides du Wolastoq

Préserver les milieux humides du Wolastoq

Faire barrage à la toxicité

Faire barrage à la toxicité

À Irlande, des résidents s’unissent à CIC pour réparer un barrage et préserver un lac et un milieu humide.

Suivre le courant

Suivre le courant

La recherche peut nous éclairer sur ce qui se déverse dans les bassins hydrographiques des Prairies, ainsi que sur le rôle que joue la nature dans la protection de la qualité de l’eau

Tendre vers le naturel

Tendre vers le naturel

Moncton est sur la bonne voie en adoptant des directives impliquant l’infrastructure naturelle

Une solution pour chasser les eaux grises

Une solution pour chasser les eaux grises

Les milieux humides aménagés : une option écologique sans produits chimiques pour assainir l’eau

Marais, bogs et Tour du CN

Marais, bogs et Tour du CN

Pour continuer d’avoir accès à de l’eau propre et saine